Abécédaire


 

 

Accident

Ca devrait faire mal, un accident…

Larousse commence sa définition par : « Evénement fortuit qui a des effets plus ou moins dommageables… »

Evénement fortuit, oui oui…

Dommageable, en art, non non…

En pédagogie aussi parfois…Hihi…

C’est si bon de se tromper…

La faute, l’erreur, devient source de découverte de plaisir, on se surprend,

on s’émerveille du clin d’œil dont la tache, le mot qu’on ne cherchait pas, nous gratifient…

Clin d’œil ? Mon œil, cela devient le cœur de l’œuvre… oui oui…

J’exagère peut-être… ?

Bon, mais quand on cherche l’accident- d’accord, ce n’est dès lors plus un accident !!!!- Pfffff

Je disais donc, quand on suit la consigne de l’accident, – Mamma mia, on nage en plein délire !- c’est parfois la sage application, la structure bienveillante, l’esthétisme…. qui nous surprennent !

Le « faire beau » devient alors l’accident de l’accident…

Anne

Définition accidentelle 

Accident : Nom neutre. Événement inattendu survenant dans le travail créatif, non conforme à ce qu’on avait prévu et qui le modifie légèrement voire lui fait  prendre une toute autre direction. Exemple : une tâche en peinture, un mot pour un autre en écriture.

La précipitation provoque facilement l’accident souhaité et souhaitable. Certains artistes sont d’ailleurs passés maîtres dans la provocation de l’accident.

Un doigt coupé n’est toutefois pas considéré comme un accident d’atelier à moins que le sang ne vienne maculer l’œuvre.

« Il mit des semaines à se remettre d’un accident de ponctuation. Sa convalescence fut pour Louis une longue parenthèse. Aujourd’hui, rétabli, l’auteur est à nouveau tout guillemet. » 

(« Vous avez tout l’étang, noyez-vous » de Natalie Pascale aux éditions Tsitsi.) 

Guy Rombaux 2016

Accidenté

  1. masc/fém. Lat. accidens – survenant

Homme qui s’est risqué au rouge, à l’ocre de ses jours.

Être qui a connu l’amour d’un marin, la fraîcheur du coquelicot ou la guerre. L’accidenté a le genou fragile. Il a vu sa rotule se déboîter, ses articulations sentimentales se contorsionner ; c’est un funambulisme chronique. Lorsqu’il a peur, il crie : « Maman ! ».

Accidenté au grand jour, il se relève avec les autres, un peu cul-de-jatte.

L’accidenté a perdu ; a dû faire un choix. Il prend le pli de la lumière, il se risque au torrent des changements. C’est un puissant guerrier, un guerriero au grand cœur qui parle toutes les langues.

L’accidenté est toujours guidé par la mer. Il part s’y ressourcer, balbutier ses formules étranges aux coquillages abandonnés sur les plages. Il ira mourir face à la mer.

Aujourd’hui, l’accidenté a décidé d’écrire.  Comme ses aînés, il se risque aux couleurs primaires. Il se macule de la syntaxe des souvenirs, se colore de dérision et se lave aux larmes versées pour les disparus. Drôlement boiteux, je sais que l’accidenté deviendra un de ces grands bâtisseurs de sens, experts en  questionnements. L’accidenté est un sauveur d’humanité.

Elisabeth Freymann

Adjuvant

C’est un mot doux qui fait la guérilla au mot aide, si prétentieux avec son casque à pointe et sa cotte de maille. L’adjuvant, ce, celle ou celui qui facilite l’entrée en écriture, suscite une audace nouvelle, renforce les coutures sans rigidifier l’affaire. Ce, celui ou celle qui sait le moment juste pour être là, tout simplement.

Jeu de mots facile, voire mauvais, mais il fallait le faire : l’adjuvant fait la nique à l’adjudant.

Natalie

Adjuvant N.M.

En ateliers d’arts plastiques, d’adjuvant est un liquide qui ouvre les possibles du « gras » : il diluera le huileux de la matière, il transformera un éventuel « accident » (voir déf. plus haut), il déliera un enchevêtrement de tâches (voir déf. plus loin)

En ateliers d’écritures, c’est un événement qui ouvre les possibles : il viendra titiller la consigne première, la course des mots, la succession des idées déjà présentes à l’esprit, il diluera ou augmentera la contrainte (voir déf. plus loin)

Isabelle

Atmosphère

Ambiance, cadre, climat.

Influence l’humeur.

C’est la couleur d’un lieu, sa température, sa lumière, ses odeurs, ses rêves, ses sous-entendus.

Micheline

Consigne

Un participant nous signale qu’une consigne est féconde lorsqu’il faut la répéter trois fois. En conclusion : la consigne frappera toujours trois fois.

Natalie

Guérilla

Ecrire c’est une manière de devenir sensible à la cruauté. Il y a toujours quelque chose qui résiste. C’est une chose qui appartient à toutes les dimensions de la vie, de l’organique jusqu’à l’éthéré. Donc cela fait partie du processus vital.

Il faut préserver la résistance si nous choisissons la vie. Il faut avoir foi. Il faut avoir confiance dans la résistance. Ne pas la nier, ne pas la juger. Il faut faire ses comptes avec la résistance. La résistance n’est jamais neutre. Elle est comme les Titans, comme Chronos, Tifeo, force invincible. Vous ne pouvez pas vaincre la résistance. Ce serait un plan fou et stupide. Mais il reste le fait que nous vivons dans la réalité, et quelque fois elle est cruelle.

Quand, par hasard ou volonté, on devient sensible à la cruauté alors c’est là qu’on entre en guérilla. Parce que la cruauté fait trop mal. Elle a trop de pouvoir la cruauté, elle se défend avec des armées régulières et les cols blancs. On ne peut attaquer l’armée régulière de manière frontale. Il faut apprendre à marcher dans la nuit. Dans l’obscurité, connaître le territoire sans avoir besoin des yeux. Il faut frapper le bataillon au moment où il s’y attend le moins, retourner se cacher, et puis revenir à la charge.

Finalement, écrire c’est une manière de devenir sensible à la cruauté.

Marco – 21/08/2016 La Marlagne

Insécurité

Sortir de soi

Sortir de sa coquille

Se sortir de soi-même

 

Prendre des risques

Prendre la parole

Se laisser prendre au piège

 

Perdre pied

Perdre la tête

Se perdre dans les nuages

 

Oser, se lancer, lâcher prise

Semer, enfanter, partager

Lire, écrire, créer

Dominique

Lacune

Selon le groupe Lire, écrire, créer (Marlagne 2016), la lacune pourrait se définir comme un manque (d’inspiration?), un trou (de mémoire?) dans quelque chose de continu (la vie?). Un accident dans le processus de création, aurait dit Bacon. Elle marque une interruption et provoque une collision entre des projectiles. Il y a alors formation d’amas, boucles de dislocation. Et il n’est pas rare qu’il y ait guérilla (selon notre spécialiste éclairé Marco). Tous les participants sont par contre d’accord pour dire que les lacunes sont fécondes en énergie. Maintenant si on évoque la Mémoire collective, on peut dire qu’une amnésie lacunaire peut provoquer le renouvellement des traces subjectives avec disparition durable ou temporaire de certains événements.

Libération

Les vagues vont et viennent. L’enfant s’amuse à assembler des petits morceaux de papier. En regardant danser les flammes dans le foyer, les idées passent, de déploient, se mêlent, s’emmêlent, se perdent… Les mains malaxent la pâte. Les nuages se défont, voyagent. Les pas succèdent aux pas. Tout ou presque semble possible même au corps brisé, aux membres noués, à l’esprit embrumé parce qu’ils sont libérés par une croyance si forte qu’ils se font confiance et font confiance aux autres.

Fais ce que tu veux, suis ton chemin.

Tous capables !

Micheline

Stratégie 

Pour prendre connaissance de la stratégie d’une autre personne, il est nécessaire de l’interroger. Comment s’y prend-elle pour réussir ? Que voit-elle, que se dit-elle, qu’entend-elle, que ressent-elle…? De même comment s’y prend-elle quand elle échoue. Quelles sont les routes empruntées et à quelles erreurs ou succès ces routes conduisent-elles ?

Le questionnement est incessant. La démarche concerne tous les secteurs de la vie.

Comment met-on en œuvre pour réussir telle recette culinaire, pour se maintenir en bonne santé, pour dessiner un ciel avec des crayons pour aquarelle, pour apaiser sa colère, pour amener une réunion, pour tirer à l’arc, pour entrer en contact avec un inconnu….?

La procédure peut être plus ou moins longue suivant le cas. Il s’agit d’une exploration minutieuse des conduites humaines.

Gardons à l’esprit qu’il n’y a pas à proprement parlé d’échec, qu’il y a juste des erreurs qui sont autant de façons d’apprendre.

Micheline

Transformation

Relooking, rénovation, modification, altération, changement, conversion, métamorphose, évolution, maquillage, amélioration, ajout, retrait,…

Bouger, grimacer, aplanir, grossir, mincir, élargir, raccourcir, embellir, enlaidir, chiffonner, se recroqueviller, s’étendre, illuminer, obscurcir, fermer, ouvrir, brouiller,…

Les possibilités sont multiples. Elles sont aussi nombreuses que les grains de sable.

Micheline