Lire, Ecrire, Créer 2018 : Ecrire entre les lignes, penser entre les langues

Semaine du 17 au 22 août 2018 lors des Rencontres Pédagogiques d’Eté à La Marlagne organisées par le mouvement Changement pour l’Egalité

Et si l’atelier d’écriture était une voie inattendue pour lire dans les interstices, cultiver ce qui parfois nous échappe, inventer des chemins de rencontre ?

Le contexte :

Si on écrit aujourd’hui, c’est que d’autres ont écrit avant nous. Nous sommes issus d’une longue lignée d’écrivants. Pourtant écrire ne va pas de soi, l’écriture n’est pas encore l’alliée de tous, elle reste un pouvoir à conquérir. Comment faire de cet héritage un levier d’émancipation, pour nous-mêmes et pour les apprenants ? Comment en faire un outil d’humanité ?

Cette année, nos ateliers nous mèneront dans les méandres de l’entre deux, dans les plis de l’impur, du non connu d’avance. Nous aborderons le monde comme métissage permanent, réinvention continuelle.
Nous y partagerons notre volonté de vivre la complexité là où trop souvent prévalent le simplisme, le refus de l’autre et de son désir de vivre dignement.

Contenu et objectifs de l’atelier d’écriture :
Nous aborderons l’atelier d’écriture comme un espace à créer collectivement :
• L’atelier d’écriture comme lieu de croisement de l’expérience. Quels liens entre nos métiers, ce que nous sommes, ce que nous voulons faire, et pourquoi le faire ?
• L’atelier d’écriture comme lieu de croisement des langues. Quels ponts à construire entre nos langues adoptées, nos langues portées, nos langues rêvées ? Comment interroger les langues du monde, leurs mystères, leurs énigmes ?
• L’atelier d’écriture comme lieu d’analyse. Que nous permet de comprendre l’écriture ? Quelles valeurs les pratiques collectives d’écriture nous font-elles vivre ? par quels chemins ? Comment nous permettent-elles de mettre nos évidences au travail ?


Moi personnage : Serafine

Atelier Bruxelles mobilité.

Pour la fête de la St Michel à Bruxelles, la ville met à la disposition des citoyens une ligne spéciale, la ligne 28, gratuite. Une occasion d’accéder aux nombreux événements dans les quartiers de part et d’autre du canal.

Nous avons écrit à partir de photos tirées du livre Bruxelles Intime

Première écriture…

Heureusement il fait sec. Ils veulent pas que je prenne le bus… pour une fois que c’est gratuit, faut profiter !

Les policiers là… y’a encore eu d’la bagarre ?

Le monde va vite… ça me rappelle à Tunis avec mon Joseph, c’était pareil place de la Liberté, y’avait toujours de la bagarre.… lire la suite


Soi et les lignes de l’autre

C’est gai de traverser à gué la rivière des pensées fluides et d’en modifier le clapotis sans en changer le cours.

Hermine

Dans les lignes de l’Autre, le Soi s’abreuve d’encre

Dans ses partitions, il cherche ses notes égarées. Pour mettre les voiles et se traverser.

Jessy 

Ne donner que ce qui est possible, ne chercher que ce qui évoque, allude, donne des idées, de la force – ne pas exiger de l’autre qu’il nous remplisse ou nous complète.

Mélanie

L’autre n’est pas étrange : il est autre. Autrement vivant, vivant autrement.

Isabelle

Je commence chez l’autre.

L’autre termine en moi.… lire la suite