Jour 1 – Ecrire en atelier

L’écriture a besoin de temps pour émerger et se construire.
Comme l’on soigne l’entrée d’un atelier d’écriture, on soigne également l’entrée dans une semaine d’écriture. L’atelier « J’écris pour me parcourir » nous fait entrer dans l’écriture par la création d’un monde. Ecrire et nommer sont deux cousins, ils sont un pouvoir, alors… serons-nous des bons Dieux ?


j’écris pour me parcourir 1

La fraiboise.

La fraiboise fait ses adieux à la bogorde et au copidon pour filer, l’espiègle, la coquine, vers d’autres eaux.. D’autres aventures amoureuses. Coups de reins, mugissements aigus, caresses… à suivre! Quelle vilaine! Car la fraiboise, fier échassier, divine grue, aérienne, voltige volette volage. Elle vit exclusivement sur une île, près des eaux marines, claires et chaudes, nue. C’est une agile grimpeuse qui sait communiquer avec ses mains et parfois ses pieds! Au pays des délices du géant, on trouvait jadis, dans certaines grottes couleur pourpre, une fraiboise. Aujourd’hui, il ne reste que des ruines de ce temps onirique qui a laissé malgré tout et à jamais un rêve qui s’éteint mais qui colore encore de rose les joues de quelques muses amusantes.… lire la suite


Lettre à Henri Michaux

Cher Henri,

 

En lisant tes conseils, on pourrait penser que tu fus sous l’emprise de quelques champignons aux pieds violacés, mais peut-être est-ce ainsi que tu gardes une fumée ? Du coup on cherche une lumière.
Qu’est-ce que cette invention de noms de lieux, de peuplades tantôt braves, tantôt couardes, parfois en voie d’extinction, nous révèle de ce que nous sommes aujourd’hui, là, maintenant ?

Le poème de la création nous dit ce que l’homme des temps anciens avait compris du fonctionnement de la terre. Il y mêlait la profusion des poissons de ses rivières connues, la diversité des oiseaux de son ciel.… lire la suite