Jour 6 – L’écriture, ça me travaille (2)

Notre voyage touche au but pourrait-on dire… Mais il n’en est rien, il s’agit en fait d’un nouveau départ. Et avant de partir, il nous faut faire les bagages. Qu’emporter dans les valises ? Et si on voulait faire de ce début d’atelier « Dans la tête du poète » une aventure à vivre plus longue, comment poursuivrait-on ? Et pour revenir à l’écriture, comment nous pousse-t-elle ? Nous fait-elle nous arrêter, comme un caillou dans la chaussure qu’il nous faut tenter de cerner pour aller plus loin ? Ceci étant, en faisant cela, nous bougeons ;-) N’est-ce pas ?


Source et blessures d’enfance

Si je sais exactement quand elle est venue, j’ignore d’où. C’était le mariage de mon parrain. J’avais 9 ans. Et j’ai écrit un poème sur l’amour, qui ne dure qu’un jour ou toute la vie, on n’en sait rien.

Les adultes m’ont demandé de le recopier sur des bouts de nappe en papier blanc, et de le distribuer. C’était rigolo, et j’étais fière, mais ce premier poème, d’où m’était-il venu?

Les adultes m’ont posé la question. Ça veut toujours tout savoir les adultes. Alors, j’ai répondu que ça m’était venu en regardant le parterre de pensées devant la salle des fêtes.… lire la suite