Histoire de l'affranchie


Je m’appelle Fanny (en fait mon vrai nom, c’est Claudie) mais le marchand d’esclaves  qui m’a vendue a décidé que je serais Fanny. Je suis ce qu’on appelle une esclave ‘marron’, c’est-à-dire une qui s’est barrée sans demander son reste.  J’ai franchi le barbelé qui m’a arraché la peau et fait un gros trou à la cuisse gauche.

J’ai tout de même foncé. Les pièges, j’en ai rencontrés  : gardes, chiens, chasseurs, vagabonds, humiliations, insultes, jurons …name it.  Je me dis souvent que d’autres y auraient laissé leur peau.  Alors une vague de fierté m’envahit . Toutes ces années, je marchais tête baissée pour qu’on ne me reconnaisse pas, pour faire illusion comme on dit. Puis, j’en ai eu marre.  Je me suis lancée et leur ai tous gueulé qui j’étais, ce que j’avais subi.  Je tremblais, qu’allait-il encore m’arriver!

Bienvenue Claudie. Je me frotte les yeux. Fini le cauchemar. J’oublie mes chaînes. On ne m’avait pas dit que c’était si bon