Refuser, ou la puissance de faire autrement


Quand est-on prêt pour le refus? Qu’est-ce qui, après des jours, des mois, des années d’habitudes, pousse à prononcer ou à faire un NON ?

Tout notre être répugne au changement, l’être humain peut se plier à n’importe quelle règle, aussi dure soit-elle… Alors quelle tension intérieure faut-il pour que le fusible saute, pour qu’on acte le refus et pour que tout bascule?

Parce qu’une fois que le refus est officialisé, la porte du quotidien se referme en claquant. S’étale devant soi le champ des possibles, possibilités de rencontres, d’associations et d’actions.

Se résigner c’est s’enfermer.

Mais résister, c’est créer…

Anne-Marie Charon